Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 14:08
L'abri des mauvais vents

la baraque tangue, notre grenier nocturne, navire tardif dont les fatigues se taisent

où niché le corps plonge, passant parfois de tous ses os entre les chairs du lit,

mon cygne souverain

tu es si beau, si fort si fragile, griffé d’histoires, de mouvements d’eau, ton œuvre inachevée,

le boutoir du vent tente de t’envoyer ses fantômes ectoplasmes

tu gémis sous ses coups

tu tiens et la nuit marche

qu’il parte ce souffle pressé, qu’il file s’effilocher contre les dents des crêts

pour laisser derrière lui notre barque gracile

aux bras des courants tendres

au silence des plages

que les bornes se ruinent, le temps, le bruit, la substance des corps,

que l’arc doux de tes pensées puisses venir ouvrir ce coffre-fort

tu danses alors que nous dormons, une onde tiède berce ton ventre

mon oiseau immobile

tu es si beau, si exposé, dans l’ombre lavée par les grands vents

j’ai veillé longtemps sur nos plumes riveraines blanches, si blanches

je m’endors sous tes combles

dans les doigts bleu-vert de ton regard

prends ton quart, s’il te plait, jusqu’à la fin du noir

l’obscur c’est si bon lorsque nous y rêvons

et le rêve c’est nous

et ces écharpes floues

duveteuses lueurs entre les pans de vie

la baraque chantonne,

il est parti je crois…

… tout est calme…

 

je t’aime.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bojoy - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La maison dans les pentes
  • La maison dans les pentes
  • : Ecriture, poésie, dessin, peinture, musique, culture, échanges de beauté, table tournante de poésie, partage de rêves...
  • Contact

Amis, bienvenue...

  "Music is the best" - Franck Zappa

Evarrach-e.jpg" En pays de plaine, traffic de collines.

C'est la règle." Henri Michaux - Poteaux d'Angle

 

Recherche

Texte Libre

n’ayez pas l’air de rien, n’ayez l’air de personne

ayez l’air de comprendre plutôt que l’air de contester

surtout n’allez pas contre le plus grand nombre

car bien que ficelé, le troupeau se divise en de multiples miroirs

et son identité de groupe n’est pas son bruit de couloir

son téléphone arabe n’est pas un son de cloche

surfez dans les images toutes faites et le mélange de genres

soyez massepain, confiture,

yaourt grec

que votre sucre s’allège que votre volonté soit faite

pour plaire à tout le monde il y a trop de monde

le monde est bien trop vaste

dans le plus petit village les voisins se connaissent-ils

se dévisagent-ils, qui les étrangers de la porte à côté,

se détestent-ils, qui les mutants les bien intentionnés,

vouloir se regrouper, certes, faire une société,

se la représenter matin midi et soir, croire, et puis

passer à côté

Pages

Catégories