Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 18:05

P1000841

020714(A Peggy) 

 

toute la nuit les rêves mènent bal

de petites gouttes de lumière vive trempent dans l’ombre de la chambre leurs pointillés blancs

redonnant au passage quelque transparence quelque pâle couleur aux champs et aux marges

la cloche prend son écho dans les branches les plus hautes des mélèzes voisins

la nuit reste si douce qu’à peine si je l’entends moi qui dors

moi qui dors

lorsque parfois je reviens pensant à toi dans les fonds de la nuit je me dis

la vie était facile, elle était belle, que deviendrons-nous

dans les poulies dans les virages qu’elle découvre, et nos refrains blasés n’ont encore rien vu

tant cet inconnu nous cerne, ranimant son mystère

 

dans le berceau de la chambre obscure je l’apprivoise

partageant avec toi ces instants chavirés de lenteur et de soin

de profondeurs tranquilles où les émotions taisent un peu leur couplet quotidien

là je dors et je pense, te donnant un peu de ces instants

prenant à ces pensées des bribes de repos

des bribes d’inquiétude

que je calme parfois, lorsque je le peux

parfois je ne peux pas

 

que deviendrons-nous

dans les poulies les engrenages

d’autre que des enfants tendres et seuls ?

toute la nuit, je contemple cette absurde beauté

et le brun si spécial qui cligne dans tes yeux

semble un frêle présage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bojoy - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La maison dans les pentes
  • La maison dans les pentes
  • : Ecriture, poésie, dessin, peinture, musique, culture, échanges de beauté, table tournante de poésie, partage de rêves...
  • Contact

Amis, bienvenue...

  "Music is the best" - Franck Zappa

Evarrach-e.jpg" En pays de plaine, traffic de collines.

C'est la règle." Henri Michaux - Poteaux d'Angle

 

Recherche

Texte Libre

n’ayez pas l’air de rien, n’ayez l’air de personne

ayez l’air de comprendre plutôt que l’air de contester

surtout n’allez pas contre le plus grand nombre

car bien que ficelé, le troupeau se divise en de multiples miroirs

et son identité de groupe n’est pas son bruit de couloir

son téléphone arabe n’est pas un son de cloche

surfez dans les images toutes faites et le mélange de genres

soyez massepain, confiture,

yaourt grec

que votre sucre s’allège que votre volonté soit faite

pour plaire à tout le monde il y a trop de monde

le monde est bien trop vaste

dans le plus petit village les voisins se connaissent-ils

se dévisagent-ils, qui les étrangers de la porte à côté,

se détestent-ils, qui les mutants les bien intentionnés,

vouloir se regrouper, certes, faire une société,

se la représenter matin midi et soir, croire, et puis

passer à côté

Pages

Catégories